Parenthèse

Catégorie : L’Association

Nos statuts

Statuts Parenthèse 13 avril 2018

La phobie scolaire

La phobie scolaire, ou refus scolaire anxieux, touche tout type d’élève quel que soit son niveau scolaire. Les parents s’en rendent souvent compte après l’entrée au collège même si elle peut déjà se déclarer dès la maternelle.
Le jeune en phobie scolaire est incapable de se rendre en cours, bien qu’il ait envie d’apprendre. Il peut être pris d’angoisses allant crescendo, la veille de la reprise des cours ou le jour même. Ces angoisses peuvent se manifester par des maux de ventre, des nausées, une hypersalivation, une augmentation du rythme cardiaque, des maux de tête, des difficultés respiratoires…
Quand le jeune somatise, le corps le manifeste jusqu’à ce qu’il n’arrive plus à aller en classe ; un fort absentéisme cache souvent une phobie scolaire.
Les jeunes qui sont touchés par la phobie scolaire sont très souvent hypersensibles et perçoivent le monde avec leurs sens exacerbés, une remarque anodine pour certains peut leur faire beaucoup de mal.
Parmi les phobiques scolaires on compte de nombreux les enfants dits à haut potentiel ou enfants intellectuellement précoces.
La phobie scolaire peut apparaître suite à une agression, un harcèlement, la méchanceté gratuite de certains, ou lorsque le souci de perfection tourne à l’obsession. Elle peut aussi apparaître parce que le jeune a peur de l’échec, que les parents mettent la pression alors qu’il s’en met déjà à lui tout seul. Enfin, la phobie arrive souvent lorsque le jeune ne trouve pas sa place parmi les autres, lorsqu’il a un trouble de l’apprentissage et qu’il n’arrive plus à le compenser ou lorsqu’il y a de l’anxiété de séparation.
La situation peut s’aggraver et amener le jeune à décrocher scolairement, à se désocialiser, à sombrer dans la dépression. Lorsqu’un enfant est en phobie scolaire, c’est toute une famille en souffrance qui subit cette douloureuse épreuve. Certains parents font un burn-out, arrêtent leur activité professionnelle pour accompagner leur enfant, tombent dans la dépression ou finissent par s’isoler socialement car ils ne sont pas compris par leur entourage, famille et amis.02

La phobie scolaire est méconnue, quoique qu’elle touche de 1 à 5% des élèves en France. Au total, 28% des enfants sont concernés par le refus scolaire anxieux à un moment ou à l’autre de leur scolarité avec des gravités/durées variables.
Pour plus de renseignements, l’association « Phobie Scolaire » accompagne les familles et œuvre pour la reconnaissance et la prise en charge des enfants en phobie scolaire. Son site : http://www.phobiescolaire.org/

Qui sommes-nous ?

Un groupe de parents d’enfants en situation de phobie scolaire (souvent des enfants à haut potentiel) ayant constaté qu’un environnement d’enseignement sécurisant et adapté permet à nos enfants de retrouver le goût d’apprendre.
Des professeurs ayant fait le même constat, soucieux de porter une conception originale de l’accompagnement scolaire.

Nous avons créé l’association « Parenthèse » en 2017 à Strasbourg pour permettre à nos enfants et à d’autres de reprendre leur scolarité et de terminer leur études secondaires, en restant dans l’association jusqu’au bac, ou en rejoignant ensuite un collège ou un lycée traditionnel.

Deux points nous paraissent primordiaux pour la réussite des enfants : un accompagnement scolaire bienveillant et attentif d’une part, la re-sociabilisation d’autre part. L’isolement qu’entraîne l’enseignement à distance est très mal vécue par certains enfants et l’accompagnement scolaire que propose Parenthèse a également pour but de briser cet isolement.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén